17 juillet 2021

La guerre des banderoles n'aura pas lieu !





C’était à prévoir, mais avouez que c’est bien dommage, on nous demande de retirer instamment les banderoles « revendicatives » apposées sur nos propriétés et qui auront (c’était le but) suscité bien des commentaires, de par les gérômois comme les visiteurs.

Charmilles, quais du lac, virage de la rayée…nous devons tous nous conformer à la législation sous peine de sanctions administratives et judiciaires.

En 10 jours, nous aurons pu informer quelques potentiels investisseurs sur la sensibilité et la réactivité des Gérômois à protéger leur cadre de vie, et c’est déjà ça.

Nous ne sommes pas des hors la loi, tout juste des lanceurs d’alerte qui grattent un peu, aussi nous obtempérerons.


La mise en demeure reçue stipule que les « revendications sont déjà prises en compte puisqu’une modification du PLU est enclenchée(…) avec concertation de la population».

Non, car le massacre de notre région continue et continuera tant que l’application de nouvelles règles ne sera pas effective.

Il faut sensibiliser les investisseurs, et aussi les vacanciers car ils ont un grand rôle à jouer ne serait ce que par leurs choix de consommation.


L’open bar lancé en 2015 est toujours ouvert.  A quand sa fermeture ?

Les avertissements du commissaire enquêteur ont été bonnement ignorés ; les conséquences sur la population, l’environnement, et à terme sur le tourisme y étaient pourtant décrites.Un devoir de sécurité et de prévention aurait dû s’exercer dès le départ. Nous n’aurions jamais du exister…


Pour une fois  c’est du rapide !

Nous relevons la célérité avec laquelle la commune intervient aujourd’hui pour le bon respect des lois, sous la pression de quelques uns mal placés pour commenter et qui se reconnaitront.

Nous avons toujours mis un point d’honneur à les respecter car elles sont les fondements de notre démocratie et de notre liberté à tous.

A Gérardmer, elles semblent parfois dures à appliquer. Exemple récurrent, l’incessant tapage nocturne toujours pas maitrisé malgré les promesses, et qui porte directement atteinte aux habitants et aux visiteurs « Plus globalement, la tranquillité publique doit être de mise entre 22h et 7h et tout tapage nocturne constaté dans ce créneau horaire est punissable. »

Une main courante a été déposée à la gendarmerie ce matin pour tapage nocturne incessant dans le square Briffaut.

Déjà qu’il pleut…si on empêche nos chers visiteurs de dormir, pas sur qu’ils reviendront malgré l’offre touristique abondante.

Notons que le nouvel agent municipal censé garantir le repos de tous ne travaille pas en semaine (vendredi soir de juillet, cherchez l’erreur)


Bon respect des lois vous dites ?

Des gites de tourisme déclarés pour 14 personnes et qui en accueillent presque le double, les trottoirs du bord du lac  transformés en parkings chaque jour de beau temps, des permis d’aménager régularisés sur le tard, la vidange de certains spas dans le réseau pluvial, une accessibilité pompiers non réglementaire, un certificat d’achèvement des travaux délivré bien avant qu’ils ne soient terminés, des non-conformités en veux tu en voilà, des documents refusés malgré leur accessibilité, des propos diffamatoires devant des milliers de téléspectateurs et contraires au devoir de respect des élus…

Les quelques banderoles affichées en ville ou sur les coteaux semblent bien inoffensives au regard des autres illégalités pointées.

Et d’ailleurs, les autres « publicités »sont elles traitées avec la même détermination de suivre la réglementation ? (banderole demandant le retour du train, pancartes de locations saisonnières, …)

Allez, pas de scandale, obtempérons. Les banderoles, payées de nos deniers il faut le préciser, auront bien l’occasion de ressortir un jour.

Sur ce, nous  souhaitons à tous les Gérômois, et à tous les visiteurs, un bel été, sous le soleil, dans la joie, l’allégresse et la bonne humeur ! Et dans le bien vivre ensemble surtout.

Anne, Monique et Jacques.