19 novembre 2020

Feuille de chou ou allume-feu ? on colporte le ragot


Peut-être l’aurez-vous lue ce matin, dans un quotidien régional réputé, cette page étrange ?  Rédigée certainement trop vite, basée sur des on-dit de village…

Est-ce bien sérieux ?

Des propos déformés, du conditionnel, des suppositions hasardeuses…attention, ce n’est pas du journalisme !

Rectifions le tir directement, et immédiatement, car un tiens vaut mieux que deux tu l’auras.

« Les membres (…) qui s’enorgueillissent du soutien "très fort" de la sous-préfète ». Qui a dit ça ? Nous avons rencontré la sous-préfète qui s’est montrée "très à l’écoute", ce n’est pas la même chose ! Revoir nos comptes-rendus sur le site ou la page FB, c’est écrit noir sur blanc.

« Soupçonneux, ils sont allés parfois plus loin en mettant en cause la probité du maire. Des propos qui ont valu à la présidente une procédure judiciaire ». Non ! La plainte n’a à voir ni avec l’association, ni avec les actions qu’elle mène,  mais avec une personne physique. Détournée elle aussi, elle aura fait son petit effet à quelques jours du scrutin.

Nous ne sommes pas soupçonneux, mais soucieux (cf Larousse ou Petit Robert) du respect des règles et quand nous contestons des projets, c’est sur une certitude, celle de l’existence avérée de non-conformités ou incohérences.


« Modification » et « Révision » du PLU ne sont pas interchangeables. Les mots ont leur sens. Les articles du même auteur se sont enchainés cet automne en intervertissant les deux termes. Alors, quelle décision a été officiellement annoncée en conseil ? Peut-on en savoir davantage ?

« A peine réélu, le Maire Stessy Speismann a lancé la révision du PLU ». Est-ce bien vrai ??? Les membres du Conseil Municipal, dans leur unanimité, l’ont-ils confirmé ?



Quant au 2ème article concernant le promoteur immobilier spinalien, beaucoup de supputations, du conditionnel en veux-tu en voilà, pas ou peu de faits, et la perche bien tendue au promoteur pour casser du sucre sur nos démarches.

Soit on recopie les dires exacts entre guillemets, soit on se tait. On ne sous-entend pas, car c’est dangereux. Et on garde sa neutralité de journaliste, mais ça c’est difficile…


Jusqu’à présent, dans tous les dossiers que nous avons présentés sur le site ou dans la presse, ou auprès des responsables de l’Etat, nous avons été très factuels, nous avons présentés des informations avérées sans jamais rien sous-entendre.

Lorsque nous demandons au Maire de venir s’assurer de la conformité des travaux, c’est que nous constatons clairement ce qui pêche. Nous ne supputons pas.

Lorsque nous nous étonnons d’un changement d’avis des instances, étonnement partagé par notre édile et son adjoint, nous nous basons sur quelque-chose de concret, sur des documents réels. Nous ne supputons pas. Nous ne sous-entendons rien.


Si un journaliste souhaite sous-entendre des choses, qu’il le fasse en son nom ou en son statut, pas au nom de GPN. C’est un jeu dangereux, malsain, qui ne mène à rien. A moins que. Mais là, nous supputons...

Anne, Jacques et Jean Claude.

 
 

©2020 par Gerardmer Patrimoine Nature. Créé avec Wix.com