24 mars 2021

PLU de 2015 et modification 2021 :

Il faut assumer, ne pas reproduire les erreurs et jouer la transparence !


Nous avons demandé en décembre 2020 au service de l’urbanisme le rapport du commissaire enquêteur du PLU de 2015. Début février 2021, il nous a été répondu : « Les élus ont dit non ».

La sous-préfecture nous l’a transmis le 25/02/2021. Le contenu est stupéfiant.

Toutes les problématiques que nous avons soulevées depuis des mois étaient abordées dans le rapport du commissaire enquêteur de 2015


Le Commissaire de l’époque, Monsieur Bernard Lalevée, a produit un travail remarquable, consciencieux, méthodique, tenant compte des multiples cadres juridiques (loi Montagne, loi Grenelle II, loi SRU, loi Paysages, loi sur l’eau et les paysages aquatiques....et la fameuse loi ALUR, et le code de l’urbanisme).

On aurait pu croire que ce rapport n’avait pas d’intérêt, qu’il ne contenait pas de recommandations au vu du résultat de ce PLU,alors que c'est tout le contraire!


Tout au long de l’épais rapport, il est fait état de la nécessité de préserver le cadre naturel de la ville, de tenir compte des zones humides dont la carte «manque de lisibilité et non répertoriées à l’échelon parcellaire» ( «je recommanderai une étude précise, de façon à ceque les documents d’urbanisme soient délivrés en toute connaissance de cause, et non pas après vérification des services de la police des eaux au coup par coup comme c’est le cas à l’heure actuelle». (Mr Lalevée, 2015)


ACCES AUX EXTRAITS DU RAPPORT DU COMMISSAIRE ENQUETEUR 2015

Certes l’enquête publique de l’époque avait étémontée en toute hâte, sachant que le PLU sur lequel elle portait était une copie pure et simple du document de 2013 qui avait été annulé par le Tribunal Administratif. Aucun problème de fonds n’était réglé et les mesures exigées par la loi sur l’eau depuis 2012 n’étaient même pas intégrées. Mais pour qu’un PLU existe enfin, la Préfecture et les services de l’Etat ont été contraints de valider ce dossier incomplet et inadapté.


Monsieur Le Maire, relisez donc les quelques extraits tirés du rapport. Ce ne sont pas nos mots, mais ceux que vous avez lus, certifiés avoir reçus,et signés le 10 mars 2015.


Après l’échec de la procédure de 2015, il faut changer de méthode !

Il faudra être transparent sur la suite, en particulier sur le compte rendu et l’analyse des réponses, avec un calendrier précis. Vous avez beaucoup insisté sur la démocratie participative. Allons-y !


A ce stade, Monsieur le Maire, voici les questions que nous nous posons :

• Combien de réponses avez-vous reçu à lors de cette concertation qui aura duré un mois?

• Seront-elles portées à la connaissance du public et d’association telle que la nôtre?

• Comment envisagez-vous d’analyser ces réponses et quand pensez-vous publier le résultat de cette analyse?

• A partir de ces résultats, comment envisagez-vous de mener laprocédure de modification du PLU que vous vous êtes engagé à mener sous 12 mois?

• Quel est le calendrier que vous envisagez sachant que deux mois sont déjà écoulés?

• Comment envisagez-vous d’associer la population et des associations telles que la nôtre, à cette démarche?


Tout l’intérêt d’une concertation repose sur l’implication de la population afin d’obtenir son adhésion sur des sujets complexes qui ont un fort impact sur leur vie quotidienne.

Elle exige :

• une totale transparence afin de gagner la confiance des participants,

• de la pédagogie car c’est un sujet compliquéqui doit être expliqué,

• une écoute bienveillante pour aboutir à un consensus,

• la volonté d’aboutir à une vision claire de l’urbanisme que mérite Gérardmer


Sur tous ces points notre association milite depuis un an pour sensibiliser la population de Gérardmer aux enjeux considérables que posent les règles d’urbanisme car elles engagent l’avenir de Gérardmer pour des décennies.

Nos publications ont prouvé le sérieux de notre action.

Le savoir-faire que nous avons acquis, Monsieur le Maire, nous sommes prêts à le mettre à votre disposition si vous acceptez de nous associer à cette concertation.


Dans l’attente de vos réponses que nous espérons constructives,


Anne Huart, Jacques Valentin.

ACCES AUX EXTRAITS DU RAPPORT DU COMMISSAIRE ENQUETEUR 2015